Lou Diou ineffablé qué lis desstins sonnt miséricordé et vérita, qué la voulounta éi touta puissance, qué la sadzesse vay d’une extrémita á l’aoutra ém’una fonarce souvéraine et dispaousa tout ém’une mervéyousa douçour, avié prévigu dé touta éternita la ruina desplourable vounte lou mari pas d’Adam dévié intrepua tout lou dzenre humain et din lis proufounds sécrets d’un plan escoundu á touti lis siécles, avié ecida d’accoumpli din un mystère incare maï proufound, per l’Incarnatioun dou Verbe, lou premier ouvradze dé sa bounta, per qué l’homme que ére esta poussa ou pécha per la maliça de la rusa dou démoun, périguésse pas, countrariament à la vista miséricourdiouse dé soun Créatour, et qué la chuta dé nostra natura din lu premier Adam fuguèsse réparada avantadzousamint din lou segonnd. Per aquo faïre destiné donne dès lou coumminçamint et d’avant touti lis siécles à sonn Fils unique, la Maire dont après s’estre incarna, dévié naïsse din la bienhirouse plénituda dis timps, la chousiguué, et marqué sa place din l’ordre dé seis desseins; l’amé per dessus touti lis créatures d’un tal amour de prédilectioun qué mettégné din ella d’une maniére extraourdinaria seis pu grandas coumplaisinces. A caousa d’aquo din l’immense trésor dé sa divinita la rempligué, bien maï que touti lis Esprits andzéliques, bien mai que touti li Saints dé l’aboundancia dé touti lis graças célestas, et l’enrichigué ém’une profusionn merveyouse afin qué fuguésse toudzon sans la mendra tache intieramint exempta dé l’esclavadze dou pécha, tanta bella, tanta parfaita, et din une talla plénituda d’innoucence et de sainteta que siéche pas poussible ou dessous dé Diou dé n’in conncevre une pu granda et que dzi d’aoutra pensada qu’aquella de Diou n’in- ponada mesura la grandour. Et certa counvenié bien qu’aquo fuguésse comme aquo; voui, connvenié qué resplindiguésse toudzou dé l’esclat dé la sainteta la maï parfaita, qué fuguésse intierament préservada même dé la tacha dou pécha ouridzinel, et qué rempourtesse ansin lou pu coumplet trioumphé su lo vieï serpent aquella Maire tanta vénérabla, Ella que Diou lou Paire avié résolu dé dounna soun Fils unique. Aguéou qu’indzendra dé soun propre sin, qu’ei soun égaou i touta caousa, et qu’ama coumé éou même, et dé lou dounna dé talla manièra qué siéche naturellamint un même unique et commun Fils de Diou et dé la Vierdza; Ella qué lou Fils dé Diou éou même avié chousi per faire substantiellamint sa Maire, Ella enfin qué din soun sin lou Saint Esprit avié vougu pero soun opératioun divina saguesse indzendra et brouyessé, Aquéou dount éou même prouvint. A Vierdza si parfaitamint in rapport emé soun admirable saintet, émé sa dignita surémininta dé Maire dé Diou, la Gleisa cathoulique, qué toudzou poussedada per l’Esprit Saint ei la coulouna et lou foundamint dé la vérita l’a toudzou inseignada coumeuna douctrina vinguda de Diou même et renfermada din lou dépaou dé la révélatioun célesta. Ainsi per l’expousitioun dé touti lis proves qué la démoistrount dzamai cessa dé la dévelouppa, dé la proupousa, de la favourisa chasque dzour de maï in maï. Si-z-aquelle douctrina derdza si flourissante din lis temps lis pu anciens et si proufundamint inracinada din l’esprit dis fideles et respinduda d’una manièra si merveyousa din tout lou mounde cathoulique per lis sains et lou zélé dis saints Avesques, su laquella la Gleisa même a manifesta soun sentiment d’una manièra touta significativa quand a pas hésita a proupousa ou culte et la vénératioun publiqua dis fidèles la Counceptioun de la Vierdza. Per aquel acte esclatant a bien mounstra qué la Counceptioun de la Vierdze devié estre honnourada coume une counceptioun admirabla, singulièramint priviledziada, différinta d’aquella dis aoutris hommes, tout à fait à part et tout à fait sainta, pessaqué la Gleisa célèbre des festa qu’in l’bonnour dé cé qu’ei saint. Si per la même caousa qu’imprountant lis termes mêmes qu’impledzount lis divina Escritures ou sudzet de la Sadzesse incréada et réprésintount soun ouridzine éternella, a countinua dé les impledza dins lis ouffïces ecclesiastiques et din la Liturdzie sacrada, et de lis appliqua ou coummençamit mêmes de la Vierdze, coummençamints mystérious qué Diou avié prévigus et arresta din un soul et même décret oubé l’incarnatioun dé la Sadzesse divina. [finis]